Légers signes de reprise du marché immobilier
Sep 02 2020

Le marché immobilier a connu une certaine reprise au cours des dix derniers jours. Les demandes d'acquisition sont de retour. Les prix de location stagnent. Les besoins des clients ont évolué, mais le flou persiste.

 

C'est ce que les spécialistes du marché immobilier que nous avons contactés, notamment William Simoncelli, PDG de Carré Immobilier et Reda Rziq, co-fondateur de l'agence Le bon agent immobilier.

 

Après un arrêt quasi total d'environ 5 mois, le secteur commence enfin à respirer. "Le marché a repris depuis la semaine dernière", confie M. Simoncelli. «On retrouve une activité plutôt dynamique».

 

"Il est clair que nous ne sommes pas au même niveau qu'en 2019. Nous ne sommes pas à plein régime, mais nous étions tellement à l'arrêt ces cinq derniers mois que nous ressentons désormais des signes de reprise", explique-t-il.

 

Diminution des demandes de location

 

"Il est un peu tôt pour tirer des conclusions sur l'état du marché immobilier. Durant les mois d'avril, mai et juin, nous n'avons pas eu beaucoup de demandes. A cela s'ajoutent les entrées limitées depuis l'étranger, dans le cadre de la urgence sanitaire ".

 

Mais de manière générale, "les demandes et les recherches ont diminué depuis le début de la crise, notamment du côté locatif".

 

«Le volet acquisition reste assez dynamique. Toutes les demandes que nous avions avant la crise du covid-19, qui datent de décembre 2019, janvier et février 2020, existent et tiennent toujours. Sur tous les dossiers que nous avions initiés avant la crise et que nous sommes en train de signer maintenant, nous n'avons eu ni retrait ni renégociation. Tous les dossiers qui devaient être signés ont été signés », poursuit M. Simoncelli.

 

Par ailleurs, il faut noter que "dans le cadre de l'acquisition, nous avons des problèmes d'ordre administratif. Il y a quelques obstacles au niveau des administrations, notamment avec la conservation des terres, qu'il faut modérer selon les régions. ".

 

Logement et foncier, les secteurs les plus dynamiques

 

«Aujourd'hui, les segments les plus dynamiques restent le logement et le foncier pour le développement d'activités, qu'il s'agisse de promotion immobilière, ou de construction d'usines ou d'entrepôts», souligne le PDG de Carré immobilier.

 

"La partie vente de bureaux reste un peu calme". Une situation qui peut s'expliquer par le fait que les entreprises ne sont pas encore toutes revenues aux bureaux, le télétravail étant privilégié.

 

Il y a aussi le manque de visibilité sur la crise sanitaire, qui handicape ce secteur, mais aussi, une volonté de réduire les charges immobilières, «puisqu'elles représentent une somme importante dans le bilan d'une entreprise».

 

Du côté résidentiel, les gens veulent toujours acheter. «La demande résidentielle n’est pas aussi élevée qu’en 2019, mais elle existe toujours. Ceux qui n’achètent pas cherchent à observer l’évolution du marché. Nous venons de sortir de plusieurs semaines de confinement et de deux mois pas très dynamiques dans le secteur . Le mois de septembre sera donc un mois d’observation ".

 

La confiance, le principal défi des agents immobiliers

 

«Les derniers chiffres de Bank Al Maghrib montrent une baisse de 57% des transactions à Casablanca. C'est brutal. Je suis dans le métier depuis environ 30 ans et je n'ai jamais vu une telle baisse. est comparable à une guerre où tout s'arrête. Ce que nous avons vécu est l'équivalent d'un choc qui a secoué la dynamique des ventes. Aujourd'hui on redémarre et on sort du coma. "

 

«Actuellement, l'idée n'est pas de faire des ventes, mais de reprendre une dynamique de vente, que nous avons perdue, afin de redonner confiance à l'acheteur dans le développeur et le promoteur. C'est un vrai défi».

 

«Le mois de septembre sera spécial, avec la rentrée des classes et les affaires. Il existe de nombreuses incertitudes qui obscurcissent l'esprit des gens et occupent leur attention, les empêchant de regagner toute forme de confiance dans l'avenir. "on ne donne pas aux gens un peu de lumière sur l'avenir, il leur sera difficile de se projeter sur une dépense colossale".

 

"Il y a donc un besoin urgent d'éclairage, au moins pour la fin de l'année. Le flou ne permettra pas aux gens de se former aux engagements majeurs. La mécanique économique est assez simple. On ne peut pas s'engager. Dans le futur (emprunter de l'argent pour renvoyez-le plus tard) seulement si nous sommes certains que nous aurons cet argent. Maintenant, les gens, avec ce problème de projection mensuelle, ne peuvent pas facilement se lancer dans l'acquisition. Ils sont dans une phase de doute ".

 

«Heureusement, nous ne sommes pas dans une logique de méfiance vis-à-vis de l'avenir, mais nous devons retrouver une forme de confiance et de sérénité, qui permettra aux acheteurs de pouvoir planifier et s'engager sur de longs délais. cela doit être possible dans leur tête ».

 

Les valeurs stagnent, les négociations sont plus fortes

 

Et les prix? M. Simoncelli nous explique qu'il y a une différence entre la valeur et le prix. La valeur est lorsque vous êtes en vente et jusqu'à présent, la valeur des propriétés n'a pas baissé. C'est les gens qui mettaient leurs maisons, terrains ou autres en vente, le font toujours aux mêmes prix.

 

«En revanche, on remarque que les négociations sont plus fortes. Les leviers de négociation sont beaucoup plus élevés que ce qu’on constatait auparavant».

 

Pour ce qui est de l'évolution des prix, "il est encore tôt pour tirer des conclusions. On a besoin d'aller, au moins, jusqu'à la fin de l'année pour avoir une masse de transactions qui nous voulons d «analyseur de l'évolution des prix».

 

Notre interlocuteur nous confie cependant "il est fort probable qu’on va vers une régulation des prix vers la baisse, mais pour l’instant, il est difficile de le démontrer de manière scientifique".

 

Ce constat nous a également été confirmé par M. Rzig. "Sur la vente, les promoteurs immobiliers sont de plus en plus enclins à baisser le prix du m2. Je pense que sur une marge de négociation entre 5% et 7%".

 

Quant aux prix à la location, "j’estime qu’on est sur un marché stagnant", ajoute-t-il. "Il n’y a pas de baisse des prix. Les propriétaires ne veulent pas faire baisser les prix du loyer, et les locataires sont atténués. Certains attendent toujours la baisse tandis que d’autres prennent aux prix actuels".

 

Les clients veulent de l’espace

 

D’après M. Simoncelli, "la demande des clients est désormais très sensible à la surface des pièces". Les agences, promoteurs et investisseurs doivent donc s’adapter à l’évolution des demandes et des envies.

 

"Les deux principales demandes récurrentes lors de la recherche d'un appartement, sont des pièces spacieuses, ou une chambre en plus".

 

"Pour l’extérieur, les gens recherchent de plus en plus des résidences ou des immeubles mieux présentés pour la vie en communauté. En revanche, nous n’avons pas eu une demande exagérée sur les périphéries de la ville."

 

M. Rziq a de son côté remarqué le contraire. Ses clients optent de plus en plus pour des maisons ou des résidences à Bouskoura ou à Dar Bouazza. "Les clients veulent d’abord essayer si cela leur convient, avec une location de 6 mois, avant d’acquérir".

 

Ces nouveaux besoins s'expliquent par le fait que les familles, notamment les enfants, ont beaucoup souffert durant la période de confinement, enfermés chez eux, sans espaces pour se dépenser.

 

En somme, M. Simoncelli reste optimiste pour l’avenir. "Ce qu'on a vécu est tel qu'on ne peut pas imaginer vivre pire. Je suis optimiste parce que depuis une dizaine de jours il y a un retour des clients et des commandes, et le téléphone de l'agence sonne à nouveau. Je pense qu’on a intérêt à reprendre le contrôle de la situation et à reprendre le boulot ».

 

Source : Média 24

Carre Immobilier Nos services

Carre Immobilier Nos offres